Catalogo > Anno 2008

SCENOGRAFIA: Sogno di una notte di mezz'estate per l'Opera National de Nancy


elementi scenografici per il teatro nazionale del'opera di Nancy. realizzazione di un tronco d'albero concavo 4 mt x 3, riccio, ragno in ferro battuto, 2 pipistrelli, 20 foglie di banano, cavalletta, maschera di leone cinese.  Regia J.Louis Martinoty scenografia di Bernard Arnoud costume Daniel Ogier
L'oeuvre musicale de Britten, Le Songe d'une nuit d'été, fondée sur une comédie fantasque de Shakespeare, est présentée pour la première fois à Toulon.Photo Olivier Pastor

Avec le Songe d'une nuit d'été de Britten (1), l'opéra de Toulon s'offre un monumental metteur en scène : Jean-Louis Martinoty.

Le personnage a couvert l'ensemble du répertoire (de Mozart à Wagner, en passant par Verdi, Puccini, Boïto, Moussorgky, Strauss...), sur de nombreuses scènes internationales.

Quatre saisons d'affilée, il a été récompensé du prix de la critique, pour la meilleure production française d'opéra. Ses dernières productions (2) ont été retransmises en direct sur Arte et sont disponibles sur DVD.

Ce Songe d'une nuit d'été est joué, pour la première fois, à Toulon, après avoir été monté à Nancy (3).

Var-matin : Quelle a été votre démarche ?

Jean-Louis Martinoty : Tout d'abord, d'être plus fidèle à l'oeuvre

de Shakespeare que Britten lui-même. J'ai repris les deux scènes du premier acte qui se passent à Athènes. Britten avait introduit sa pièce dans une forêt au crépuscule. Moi, je les ai resituées à Athènes. On comprend mieux. D'autre part, pour rendre leur réelle taille aux elfes- soit 25 cm - j'ai surdimensionné tout ce qu'il y a autour.

Comment avez-vous rendu l'esthétique

de la pièce ?

Par les objets et les décors qui sont remarquables.

Le chêne du Duc est exceptionnel. Il a été confectionné par un sculpteur. Les deux forêts, une pour les fées, l'autre pour les humains ont été reprises sur des clichés

de toiles de peintres célèbres : Armando Moralès et Sam Safran. Les costumes sont magiques et extrêmement sophistiqués.

Et la partie musicale ?

C'est une oeuvre très claire, fondée sur trois grands blocs musicaux

qui accompagnent les trois groupes de personnages : les amants, les fées, les artisans.

Il ne faut pas un grand orchestre, mais de la qualité. C'est le cas à Toulon.

Chaque instrument est considéré comme soliste. Le chef, Stueart Bedford,

a dirigé toute sa vie cette oeuvre. C'est un spécialiste de Britten. Il a même travaillé avec lui.

La distribution est par ailleurs de très haut niveau, je dirai même d'envergure internationale.

Que pensez-vous de l'oeuvre en général ?

Musicalement, c'est

pour moi, le chef-d'oeuvre du XXe siècle.

Le travail de Britten

se greffe sur le texte de Shakespeare transmis dans sa langue et dans l'intégralité. J'épouse le mouvement et je l'accompagne. C'est un grand bonheur et une récompense.

1. Vendredi, 20 heures,

dimanche 14 h 30 et

mardi 20 heures.

Rens au 04.94.92.58.59

2. Les Noces de Figaro

avec René Jacobs, Pelléas

et Mélisande avec Bernard Haitink.

3. Coproduction de l'opéra

de Toulon, de Nancy et de Caen.